Brick Stitch : le guide complet du matériel

Brick stitch : le guide complet du matériel

12 min de lecture

Lorsque l’on souhaite débuter et apprendre le tissage de perles avec la méthode brick stitch, une question primordiale se pose : quels sont les meilleurs outils ? Sans parler des perles bien entendu ! Cette méthode de tissage ne demande que peu de matériel obligatoire et c’est selon moi un critère non négligeable quand on veut débuter une nouvelle activité. Cependant, rapidement on aura tendance à avoir besoin de « petits plus qui font la différence » notamment pour les finitions de ses pièces. Je vais donc tenter ici de faire le tour des outils les plus adaptés afin de pouvoir te guider lors de tes prochains achats. Si tu veux des info pour le choix des perles, je te laisse découvrir ou redécouvrir l’article qui t’explique comment les choisir.

 

Brick stitch : le guide complet du matérielLes aiguilles.

Il existe de différentes tailles d’aiguilles, mais aussi différents types d’aiguilles suivant le loisir que tu pratiques. Là, il va surtout falloir en trouver une qui permet de passer avec aisance dans le trou des perles (et cela plusieurs fois). Je travaille pour ma part avec des aiguilles Beadalon à chas central (cela fait comme une fente dans laquelle on passe et on bloque son fil). Le côté pratique tu l’auras compris et que je n’ai pas à me soucier du problème du fil qui ne veux pas rentrer dans le chas. Là, hop, en 2 secondes c’est fait ! Le gros plus de ces aiguilles en plus de la praticité pour le fil est aussi qu’elles sont super souples : le travail avec elles est donc très agréable !

Bien sur, outre les aiguilles que j’utilise personnellement, il a bien d’autres types et marques d’aiguilles adaptées elles aussi aux perles Miyuki Delicas 11/0. Je pense notamment à celles de la marque Miyuki  justement qui sont vendues en kit de 6 aiguilles de même diamètre mais de longueurs différentes, les John James qui existent en différentes tailles (les tailles 10 à 12 étant les plus adaptées au brick stitch) ou encore les Tulip (qui sont un peu plus chères) dont notamment celles aux bouts arrondis dont j’ai entendu beaucoup de bien et vendues par lot de 4.

Budget à prévoir : entre 2 et 5 euros

****

Le fil.

C’est le vrai nerf de la guerre de toutes les tisseuses. Il en existe pas mal et de (presque) toutes les couleurs. Personnellement, j’ai commencé à tisser avec du C lon D blanc qui est un fil polyfilament souple et bien résistant. Il est plutôt pas mal mais parfois il s’abîme si tu as pris une trop grosse aiguillée (mais c’est un peu l’apanage de tous les fils dû aux nombreux frottements lors du tissage). Il arrive de temps en temps qu’il fasse des nœuds aussi mais rien d’insurmontable à démêler. Je sais que ce n’est pas forcément le préféré des perleuses en général, mais c’est celui qui m’avait été conseillé à mes débuts en brick stitch.

Depuis maintenant plusieurs années, j’utilise un fil tout ce qu’il y a de plus simple : du fil de nylon transparent trouvé au rayon pêche de Decathlon. J’ai pris celui en diamètre 0.20 mais il en existe aussi du plus fin. Le 0.20 convient bien au tissage des Miyuki mais je me laisserai sans doute tenter par un diamètre un peu plus petit la prochaine fois que j’aurai besoin d’en racheter !

En tout cas, ce fil est vraiment pas mal du tout. L’avantage du fil de nylon c’est qu’il rigidifie un peu naturellement les tissages ce qui fait qu’ils se tiennent un peu mieux, que le fil ne s’effiloche absolument jamais, que les nœuds sont super rares mais sont super faciles à enlever et que la bobine de fil est super grosse pour pas cher (250 mètres pour moins de 2 euros).

Si tu n’es pas tentée par aucun des fils que j’utilise, je sais que certaines ne jurent que par le Fireline quand d’autres sont plutôt adeptes du Sono ou du fil Miyuki : bref, chacune tâtonne, teste et adopte ce qui lui convient le mieux ! En tous les cas, je te conseillerai de ne pas acheter du fil de couleur (mis à part pour des cas très particulier de réalisation où l’on cherche un effet spécial) : le fil blanc reste le meilleur choix car tu pourras l’adapter à ton tissage (voir le paragraphe « finir un tissage de manière optimale »).

Budget à prévoir : à partir de 2 euros

****

Découpe.

Un petit outil que l’on oublie souvent mais pourtant tellement indispensable : l’outil de découpe du fil. Il existe de petits ciseaux tout fins genre ciseaux à broderie mais aussi des ciseaux de précision fins et plats ou des brûles-fils même. Pour couper mon fil d’aiguillée j’utilise une petite paire de ciseaux fines spécial DIY que j’avais acheté trois fois rien à Action.

Par contre pour couper le fil dépassant en surplus de l’ouvrage, j’ai opté pour une solution qui m’a tout de suite parue évidente et parfaite : un coupe-cuticule. Oui, je sais, cela peut paraître un peu fou mais je t’assure que c’est vraiment super pour couper le fil au plus près du tissage sans l’abîmer !

phuse cuticule nippers

Sa forme particulière permet de couper le fil au plus près de l’ouvrage sans que cela ne se voit ! Donc, si tu n’as pas envie d’investir dans un coupe fil spécial, jette un œil dans ta trousse à manucure, la solution est peut être juste devant tes yeux !

Budget à prévoir : « gratuit » (on a tous des petits ciseaux ou un coupe cuticules)

****

Zone de travail (tapis, ramequins, lampe loupe).

Certaines ont la chance d’avoir chez elles un espace/atelier complètement consacré à leurs loisirs créatifs (mon rêve…) et perlent donc sur une table/bureau. Pour les autres, bien souvent c’est dans le canapé que tout se passe ! Il faut dire que l’avantage du canapé est le confort du dos !

Cependant, pour éviter d’être trop penchée sur ton travail je te conseille grandement d’investir dans un plateau de petit-déjeuner (de préférence avec pieds) dans lequel tu pourras installer un tapis de perlage (ou comme moi un tapis en silicone type feuille de cuisson trouvé chez Action) et des petites coupelles de tri pour disposer les couleurs dont tu as besoin pour ton ouvrage (la version palette de peintre petit format comme j’utilise est parfaite aussi – j’ai celle de Søstrene Grene qui coûte moins de 55 centimes).

Aussi, si tu souffres de fatigue oculaire pendant ton tissage (je te conseille de faire des pauses de temps en temps, te lever, marcher et regarder le plus loin possible pour défatiguer les yeux – vive le yoga des yeux), sinon, il est possible de pallier le problème par l’achat d’une lampe loupe. Les bons modèles coûtent en général assez cher néanmoins…sans doute faut-il perler vraiment beaucoup pour que l’investissement en vaille véritablement la chandelle !

Budget à prévoir : de rien (si tu as déjà un plateau petit déj et des petites palettes de peintre) sinon de quelques centimes à 70 euros (prix moyen d’une lampe loupe)

****

Les apprêts.

Souvent nos tissages en Miyuki sont destinés à finir en bijoux (ou parfois en encadrements surtout pour les grosses pièces). Du coup on a vite besoin d’un peu de matériel pour en faire un produit 100% fini !

Ainsi, supports de brochesattaches pour boucles d’oreillespetits anneaux, fermoirschaîne et j’en passe font partis de la liste d’achats à prévoir.

apprêts bijoux

Je destine la majeure partie de ma production actuelle pour des encadrements et des broches. Pour les broches j’achetais des attaches dans une petite mercerie de la ville où j’habitais avant et qui n’étaient vraiment pas chères et suffisaient largement à mon utilisation. Depuis, j’en ai racheté à Cultura, dans la gamme Lucy by Artemio et qui avaient aussi un super rapport qualité/prix. Cependant cela fait un moment que je n’en ai plus trouvé et je crois que ces produits ont été discontinué… Aussi j’ai acheter il y a un moment un gros morceau de simili cuir pour doubler mes broches, je trouve que la finition est plus belle et plus solide ainsi. Donc, pense toi aussi à regarder dans tes commerces de proximité, tu pourrais y trouver la perle rare ! (ahaha le jeu de mot). Sinon, pour les petits anneaux pour faire des pendentifs ou des boucles d’oreilles, j’aime beaucoup les ovales car ils sont plus faciles à rentrer dans les perles !

Budget à prévoir : de 5 à 10 euros

****

La colle et le vernis.

Lorsque tu décides de monter ton motif en broche, tu vas être obligée de commander de la colle pour fixer ton attache. Il en existe plusieurs mais la plus plébiscitée reste la Hasulith  (et sans doute un peu moins toxique que la E6000). C’est pour ma part la seule que j’ai testé et que je trouve super efficace. Pour le moment, pas de décollement à déplorer et surtout, elle a une prise rapide, ce qui est top (mis à part quand tu te trompes, on est d’accord).

Pour rigidifier et/ou protéger tes tissages tu opteras sans doute pour un vernis (et dans ce cas là, tu n’as pas besoin de doubler ton ouvrage au simili cuir). J’ai le vernis Decopatch hypoallergénique (celui à pot rose) mais encore une fois, je crois qu’il n’existe plus. Bien que je ne l’utilise pas souvent, il faisait pourtant bien le job tout en respectant les peaux sensibles. Néanmoins, pour le vernis, si le but est de rigidifier la création il est mieux d’en appliquer seulement sur l’envers du tissage car il a tendance à changer légèrement le fini des perles. Attention aussi à ne pas avoir la main trop lourde, on en met par fines couches !

Budget à prévoir : entre 3 à 5 euros

****

Le rangement des perles

Concernant le rangement de tes précieuses perles, les solutions sont quasi infinies ! Si tu as un peu de budget, beaucoup sont les perleuses qui ont choisi le système Bead Storage  qui est un plateau avec 78 mini boites de quoi donc ranger déjà 78 couleurs. D’autres sont adeptes des petites boites rondes en plastiques que l’on peut trouver ça et là. C’est la solution pour laquelle j’ai opté. J’achetais mes boites chez Søstrene Grene mais je n’en ai plus à côté de chez moi maintenant et parfois il arrivait que je n’arrivais plus à en trouver. Ensuite j’étiquette mes petits pots et range mes précieuses dans des boites vide GlossyBox (taille parfaite pour mes dites-boites). Les boites « tic-tac » (qui s’inspire des boites du fameux bonbon) font aussi un carton chez les perleuses. Tu les trouves chez Perles&Co.

Budget à prévoir : de quelques euros pour le système récup de Glossy Box + petites boites plastiques à une trentaine d’euros pour le Bead storage

 

beads craft

****

Petit matériel pour suivre les diagrammes.

Suivre un diagramme peut se faire de multiple façon. A mes début, j’imprimais souvent les modèles sur lesquels je travaillais. Une fois le diagramme imprimé, tu peux suivre ton avancement de plusieurs façons. Soit de manière « classique » en faisant des petites croix en bout de lignes et en déplaçant une règle (ou un petit morceau de carton) à chaque ligne effectuée. Ou bien en plastifiant ton diagramme (avec une plastifieuse si tu en as une ou plus simplement en le mettant dans une pochette transparente de classeur) et en rayant les lignes au feutre pour tableau blanc (perso pour moi c’est no way, c’est pas très écolo tout ça).

Depuis longtemps, j’utilise ma tablette au lieu d’imprimer. C’est tout aussi bien et pour suivre les lignes sans me tromper, je suis avec ma règle ! Ensuite, comme j’ai pas mal d’expérience, je me perds moins, mais quand on débute le support papier peut rassurer !

Budget à prévoir : quasi rien mis à part si on doit acheter une plastifieuse et/ou une tablette pour cet usage exclusif

****

Finir un tissage de manière optimale.

Voici une astuce que les perleuses se chuchotent pour cacher les fils visibles sur le coté de ton tissage (et les éventuels ratés ailleurs). Il te suffit d’avoir à portée de main une trousse de feutres d’écolier. Plus qu’à colorier le fil de la couleur correspondante ! Pense cependant à toujours utiliser la teinte la plus claire quand tu as deux feutres de la même couleur. Souvent le rendu sur le fil peut paraître plus foncé alors mieux vaut prévenir que guérir. Il sera toujours temps d’ajuster ensuite. Faire aussi attention car le fil parfois boit vite la couleur et donc une couleur peut s’étaler sur des endroits non voulus. Là encore, c’est affaire de doigté ! On procède donc avec parcimonie et mieux vaut repasser plusieurs fois au besoin que de s’apercevoir qu’on a eu la main trop lourde !

Budget à prévoir : quelques euros pour des feutres si on n’en a pas chez soi et seulement si on utilise du fils coton. Avec le fil nylon on ne se pose même plus la question !

 

Je crois avoir fait le tour (même si il manque sans doute des choses que je compléterai plus tard au besoin). J’espère que ce long article t’auras donner des idées et te sera utile ! Bon tissage !

Pour référence, tu peux retrouver mes autres articles sur le Brick Stitch et aussi plus généralement sur la création de bijoux :
Perles Miyuki comment les choisir ?
Le tissage de perles en brick stitch
→  Livre le brick stitch
Livre brick stitch méthode complète et motifs
Livre Perles Miyuki plus de 210 motifs à tisser en peyote
→ Livre Petites créations – Tissages en perles Miyuki
→ Livre 6 bonnes raisons de créer soi même ses bijoux

44 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suis-moi !