à la recherche du bonheur

A la recherche du bonheur

3 min de lecture

C’est fou comme l’être humain est compliqué. Dès qu’il est en âge de vouloir quelque chose, il est du genre à s’y attacher dur comme fer pour l’obtenir et une fois qu’il l’a il s’en désintéresse. Et cela vaut pour (presque) tous les domaines dans sa vie : les trucs matériels, le travail, le logement, les relations… C’est comme si nous étions programmés pour être des éternels insatisfaits.

à la recherche du bonheur

Combien de fois avons-nous fait des pieds et des mains pour avoir ce super CDI après nos études, nous disant qu’une fois le boulot en poche cela allait nous ouvrir les portes d’une nouvelle vie? Et puis, parfois seulement quelques semaines après notre prise de poste, on se rend compte que ce qu’on avait idéalisé est loin de la réalité : le boss nous a compté fleurettes (et on se rend compte qu’au final on est payé peanuts), les collègues sont lourds et n’ont pas trop de points communs avec nous ce qui limite les liens, on se met à faire des trajets de ouf pour aller bosser (car avec la fatigue ça parait vachement plus loin maintenant) et le rythme qu’on pensait normal se trouve être digne d’une polka endiablée. Du coup, on fait en théorie un boulot qui nous plait à la base, mais tous ces petits désagréments nous font parfois dire qu’on aurait peut être dû un peu plus réfléchir avant de s’emballer.

On aime tellement tout remettre en question que rien n’est jamais simple, RIEN :

  • quand on a les cheveux raides, on les veut bouclés,
  • quand on achète une robe, on se rend compte qu’une autre nous plait mieux dans un magasin d’à côté
  • quand on a pas de boulot on en veut un, mais quand on en a un il ne nous convient jamais à 100%
  • on habite en appartement, mais on veut vivre en maison car on ne supporte pas l’enfermement (et les autres)
  • on revient de vacances? on est toujours aussi fatigués…
  • on se plaint qu’on a pas de soleil, mais quand il arrive enfin on a trop chaud
  • on ne trouve pas sa place en France? on part vivre ailleurs mais on s’aperçoit que finalement, c’est l’herbe n’est pas plus verte ailleurs…

Bref, on est jamais satisfaits ! Oui, mais …

à la recherche du bonheur

Notre insatisfaction n’aurait-elle pas pour objectif premier de nous booster à toujours entreprendre, à toujours nous dépasser et au final à nous faire évoluer ? Etre insatisfait ne serait-il pas une des clefs pour un jour accéder au bonheur dans son entièreté?

Car si nous nous contentions toujours de ce que nous avons, nous ne chercherions pas à améliorer notre condition aussi bien matérielle que personnelle et spirituelle. On se reposerait gentiment sur nos lauriers sans jamais chercher à évoluer. On prendrait les choses pour acquises. On ne ferait plus attention ni aux autres, ni à notre environnement. Nous serions en quelque sorte des zombies qui faisons les choses mécaniquement, par pure habitude. Et au final, ce n’est pas ça être humain non?

Etre humain, c’est se poser des questions, c’est se cultiver, c’est faire preuve de compassion, de gentillesse et d’amour. C’est aussi parfois se révolter, ne pas comprendre certaines choses et se sentir perdu. Alors oui, on peut parfois vite se fatiguer de toujours trouver un truc à redire, mais au final est-ce sans doute pour notre bien. Et puis ne pas être pleinement satisfait de telle ou telle chose ne veut pas dire ne pas être heureux. On peut très bien se sentir très épanouie dans son couple par exemple mais chercher à améliorer le reste : son logement, son travail, sa façon de consommer, de se nourrir…

Alors, rappelle-toi d’une chose : le bonheur est parfois bien subjectif et a autant de définition qu’il y a d’êtres humains. L’essentiel est de savoir ce que l’on veut et se poser les bonnes questions, d’oser se lancer pour atteindre le plein bonheur que nous nous sommes fixé 😉

16 commentaires
  • Nodoka Miyazaki

    Hello !
    Le soucis de l’éternelle imperfection c’est que les perfectionniste (comme moi haha) se retrouve à faire des tonnes et des tonnes de choses pour tenter de se rapprocher au maximum de la perfection qu’ils souhaitent.
    La nature de l’homme est tout de même parfois mal faite malgré tout :p

    • Audrey

      Oui, c’est d’autant plus dur de savoir lâcher prise quand on est perfectionniste ! J’ai tendance à l’être moi aussi un peu trop parfois !! 😉

  • Mathilde

    Coucou Audrey ! Très sympa cet article, il me laisse songeuse. Je crois que tu as raison nous sommes des éternels insatisfaits (moi la première, je passe mon temps à râler ^^) . Mais sur certains points c’est nécessaire pour se remettre en question et avancer ! Il y a beaucoup de positif je pense à ne pas se satisfaire de ce que l’on a :)! Belle journée, bises

    • Audrey

      Oui en effet, comme je le disais dans l’article je crois que ce côté « jamais contents » nous pousse à avancer ! Espérons que ce soit bénéfique ! Bisous

  • Justine

    Je te rejoins totalement sur le fait que l’essentiel est de savoir réellement ce que l’on veut. J’ai été une insatisfaite pendant de nombreuses années et bien sûr ça m’arrive encore parfois mais beaucoup moins.. Parce que j’ai surtout compris que le bonheur était en réalité dans les choses les plus simples, et dans la nature, qui est toujours là, qui nous offre tellement et qui est auprès de nous, tous les jours.. Le soleil se lève tous les jours, c’est une chance immense, je trouve, et en me concentrant sur tout ça, j’ai arrêté de chercher à avoir toujours plus, je me suis juste reconnectée à tout ça, et quand je sentais que je voulais avoir un travail qui me rapporte plus, que je voulais une maison… Je respirais et je demandais conseil à la nature, ça a beaucoup changé mon état d’esprit et ça a parfois même, changé mes envies. 🙂

    • Audrey

      Je crois aussi qu’en effet l’essentiel est de se connaître et de travailler sur soi pour faire évoluer les choses qui ne nous plaisent pas totalement ! 😉

  • Caro

    Salut Audrey,
    Merci pour cet article intéressant. C’est bien d’avoir différents points de vue.
    Pour me part je suis d’accord avec toi sur le fait que l’être humain est un grand insatisfait.
    Par contre, je suis persuadé que le bonheur est à porté de main de tout le monde et qu’il dépend en grande partie de la manière dont on voit la vie, dont on pense et réagit face aux situations.
    Car si une personne pense que son bonheur est lié à quelque chose de matériel ou professionnel par exemple, elle voudra toujours plus et se dira que c’est ce truc en plus qui la rendra heureuse… sauf qu’après il y aura cette nouvelle chose qu’elle voudra aussi…
    Pour finir j’ajouterai que je viens juste de découvrir ton blog et que je le trouve très beau.
    Passe une très belle journée
    Caro

    • Audrey

      Coucou Caro ! Merci pour ton petit mot ! Le bonheur est une notion en effet tellement complexe. Je pense que chacun en a une définition personnelle et que le fait de ne parfois pas être satisfait de telle ou telle chose nous permet en effet de tout faire pour améliorer la situation et donc tendre au bonheur !
      Je suis contente que le blog te plaise et espère t’y retrouver de temps en temps ! Belle journée à toi !

  • Liz

    Coucou,

    Ton article est super intéressant et je pensais aussi que l’être humain est un éternel insatisfait mais en vivant au Koweït, j’ai réalisé que c’était très culturel.

    J’ai l’impression qu’en France, on est éduqué à tout remettre en question. Dès l’école d’ailleurs, il y a beaucoup de résolutions de problèmes dans le système français, on demande souvent aux enfants de réfléchir par eux même au meilleur moyen de sortir d’une situation qui les bloque. On nous demande souvent notre avis et on a les moyens d’améliorer les choses.
    Au Koweït (je prends l’exemple du Koweit car c’est le seul autre pays dans lequel j’ai vécu), c’est « comme ça ». Par exemple en politique les decisions sont prises et c’est comme ça. Dans la vie c’est « comme ça », aussi. Du coup, le modèle du bonheur semble assez fermé (en gros : une famille et des enfants) et pas aussi vaste qu’en France et donc, eh bien, j’ai l’impression que les koweitiens se posent moins de questions que moi et en tous cas ont l’air bien plus heureux !

    Je pourrais écrire un livre sur ces notions de bonheur, je trouve ça super intéressant.
    En France, on a la chance de pouvoir toujours aller chercher plus loin et toujours plus, mais c’est vrai que dans certaines situations ça nous bloque plus que ça nous permet d’avancer !

    J’ai découvert ton blog hier ou avant hier et du coup chaque matin je lis un article en buvant mon café (tu risques d’avoir un nouveau commentaire chaque matin haha) ! Je le trouve très beau, c’est une chouette découverte 🙂

    • Audrey

      Coucou !
      Il est vrai que suivant les endroits où nous nous trouvons, on se rend compte que les gens n’ont pas la même perception des choses. Je me souviens qu’aux Etats Unis, c’était aussi moins cérébral. Les gens étaient aussi dans un état d’esprit « c’est comme ça » mais avec très très souvent la touche religieuse en plus.
      En effet, en France, on a tendance à chercher toujours plus et c’est tant mieux au final, car même si parfois on bloque sur certaines choses, on arrive à faire bouger la situation au bout d’un moment !
      Moi aussi je lis ton blog et tes aventures au Koweit ! On va donc se faire pas mal de commentaires l’une l’autre 😉 Bisous

      • Liz

        Oui, après avoir posté le commentaire, je me suis demandée si tu avais eu le même sentiment aux Etats-Unis !
        C’est clair que finalement on est plutôt chanceux en France. J’ai l’impression qu’on est plus actif dans notre bien être…
        D’ailleurs, oui, merci pour tes commentaires !
        A bientôt ! Bisous.

  • Marion

    Merci pour ce bel article ! J’aime comme tes mots et tes pensées résonnent de sagesse. Ta façon de parler me laisse à penser qu’il s’agit du fruit d’une longue réflexion et de grandes expériences personnelles ! Je te dis bravo pour ton bel état esprit, et j’espère comme toi arriver à ce « bonheur du non bonheur ». Je crois que depuis quelques années c’est aussi le chemin que j’ai commencé à emprunter, et cela fait un bien fou de se décomplexer !

    • Audrey

      Merci Marion !
      En effet, cet article est le fruit de pas mal d’expériences et de réflexion. Il faut dire que les choses ne sont pas toujours simples (pour qui que ce soit d’ailleurs), du coup on cherche, on tâtonne et parfois même on peste car on voudrait tellement atteindre notre idéal de vie !
      Espérons que nous y arrivions tous à un moment donné (et le plus tôt serait le mieux non?) 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suis-moi !