Voyageons-nous trop ?

Voyageons-nous trop ?

4 min de lecture

J’adore voyager, c’est un fait indéniable et je l’ai compris dès mes premiers voyages à l’étranger. Si j’avais les finances, je crois que j’irai parcourir le monde tellement j’ai envie de découvrir la beauté du monde qui nous entoure. Cependant, il ne faut pas se leurrer, dans notre société actuelle il est devenu tellement facile de prendre l’avion que nous arrivons dans certains endroits à une sorte de saturation touristique et cela risquerait d’être grave si nous continuons sur notre lancée.

Je suis pourtant la première heureuse de voir les prix baisser pour certaines destinations qui, il y a encore quelques années n’étaient réservées qu’aux gens aisés. Maintenant, il est devenu plus accessible de se rendre dans certaines régions du monde où nous n’aurions jamais osé espérer mettre nos pieds auparavant. Mais cela a un réel impact écologique !

Qu’est-ce que le tourisme de masse?

Le tourisme de masse, car c’est bien de cela que je veux te parler aujourd’hui pourrait être considéré comme un fléau du monde moderne. D’abord, c’est quoi me demanderas-tu? C’est le fait de se déplacer en très grand nombre pour la même destination. En somme, ce que nous consommons la plupart du temps lorsque nous réservons par exemple un séjour all-inclusive. Dans les faits, c’est sympa : tu  pars pour une destination étrangère dans un hôtel où tous tes repas et tes loisirs sont compris avec un niveau de prestations à la hauteur de tes attentes d’européen. Car oui, on se plie en 4 pour satisfaire tes envies et faire de ton séjour un moment inoubliable (qui te donneras envie de revenir à coup sur!). Mais tout ceci est-il bien la réalité de l’environnement local? Non, bien sur que non !

Selon l’OMT (l’Organisation Mondiale du Tourisme), il y aura 1,8 milliard de voyageurs en 2030, soit près de trois fois plus qu’en l’an 2000.

Ce que le touriste ne voit pas

En séjournant dans un hôtel-club, le touriste n’a souvent pas le temps de s’apercevoir de la réalité du monde qui l’entoure véritablement. Car comment/pourquoi aller voir plus loin que son hôtel lorsque l’on a tout le confort voulu sur place et quand on te propose des excursions aux circuits bien rodés qui ne montrent que ce qui est agréable à tes yeux? Autant te relaxer et prendre du bon temps (car après tout c’est ce que tu es venu chercher non?) que de jouer aux explorateurs dans des pays pas toujours aussi ouverts que ça aux étrangers.

Voyageons-nous trop ?

Mais, quelle est la vie des locaux? Te rends-tu compte que la plupart du temps, les personnes embauchées dans les chaînes hôtelières ne sont pas rémunérées à leur juste valeur? Te rends-tu compte que puisque la zone est touristique, le prix des terrains et des constructions flambent aux alentours, laissant les locaux en détresse de logement? As-tu conscience que les touristes venus en masse dans ces zones sont en train de piller les réserves naturelles de ces populations?

Le touriste ne se rend souvent pas compte de certaines choses qui paraissent pour lui habituelles : par exemple prendre une douche peut paraître un geste anodin pour des personnes venant de pays développés où il n’y a pas de problème de traitement des eaux, mais qu’en est-il du pays qui t’accueilles? La population locale a t-elle accès à l’eau potable de façon régulière?

Il y a dans le monde, un milliard d’humains qui n’ont pas accès à l’eau potable,

Et puis, que dire de la privatisation des plages? Ces plages qui te semblent accessibles à tous, mais qui au final ne sont réservées qu’aux clients des hôtels et où la population locale n’est pas la bienvenue…

Alors comment pouvons-nous voyager autrement?

Il y a bien entendu des alternatives aux voyages de masse. Par contre, il se peut que le prix de ton voyage s’en ressente (et donc que tu ne puisses plus voyager autant si tu veux voyager plus correctement)…

On aimerait tous je suis sure voyager hors saison, ne faire appel qu’à des guides locaux et loger chez l’habitant. Consommer des produits de saison vendus par les locaux sur les marchés, ne pas céder à la facilité en allant déjeuner dans une chaîne de restauration bien connue et ne pas passer par les tours operators pour réserver son vol et son logement…

Mais là, avoir une façon de voyager plus responsable, plus éthique nous coûterait peut être plus cher et ne serait peut être plus si divertissante (plus de soirées à thèmes, de piscines à débordements ou de repas à volonté…). Sommes-nous prêts pour ça? Dans nos cœurs, oui sans aucun doute, mais dans sur notre compte en banque, c’est une autre histoire…

Il y a certes pas mal de moyens de ne pas faire exploser le budget tout en tentant d’être le plus éthique possible, mais cela prend pas mal de temps, d’organisation et est beaucoup moins simple que les quelques clics nécessaires pour réserver un voyage all inclusive…

Et toi, as-tu déjà pensé aux conséquences néfastes du tourisme?

 

24 commentaires
  • Marion

    Coucou Audrey ! Je t’avoue que ça fait des années que je n’ai pas eu l’occasion de voyager en dehors de France, et pour être honnête quand je voyage je ne suis pas attirée par les hôtels bling bling et les grandes villes. Peut-être à cause de ce que tu dénonces justement, malheureusement il y a de la misère partout et il est vrai que c’est assez triste de voir le contraste entre les jolis comptes Instagram qui mettent en scène des petits déjeuners de pacha à l’hôtel 5 étoiles dans des pays où s’offrir un tel repas pour les locaux est un luxe. C’est tellement plus chouette le camping sauvage, apprendre à se débrouiller seul et à ne pas gaspiller les ressources (pas ceux qui laissent tous leurs sales déchets dans la nature par contre grr), faire de grandes randonnées dans des paysages qu’on ne peut pas voir chez soi, l’aventure quoi ! 🙂

    • Audrey

      Coucou Marion !
      Je te comprends ! Moi non plus les grandes villes ne m’attirent pas spécialement (même si j’ai eu l’occasion d’en visiter certaines mais dans un cadre personnel bien loin des hôtels 5 étoiles et du bling bling). Je trouve que ta conception de partir à l’aventure est aussi une bonne idée ! Ensuite, comme tu le dis bien, il faut faire tout ça dans le respect de la nature qui nous entoure !
      Bisous

  • Estelle

    Très bon article Audrey, merci du partage ! Je ne suis pas fan des séjours organisés, avec mon mari, nous fuyons même ce genre de chose !
    Ce que tu soulignes est tellement juste et on l’oublie trop souvent … En plus, en France, les vacances dépendent des congés scolaires, pour la majorité des personnes.
    Il est vrai que si chacun voyageait hors saison, il y aurait une activité régulière pour les salariés de l’hôtellerie et de la restauration. Je n’ai pas assez de recul pour connaître cet impact sur les pays étrangers.
    On essaie également de manger local quand on peut, mais on est évidemment très loin de ce modèle idéal …

    • Audrey

      Oui, je pense qu’on aimerait tous tellement faire mieux…mais parfois il est difficile de réussir à être complètement en accord avec ce que l’on voudrait et ce que l’on peut !
      Bisous Estelle !

  • Mathilde

    Hello Audrey ! Tu mets le doigt sur une question que je ne me suis posée (à tord). Je vais faire mon premier voyage all inclusive en octobre, je ne sais pas trop à quoi m’attendre … Sinon c’est vrai qu’instinctivement je voyage toujours dans des destinations moyennement touristiques ou hors saison car justement je déteste quand il y a trop de monde et j’aime tout organiser par moi-même (activités, logements, restaurants …) même si cela me prend beaucoup de temps. Et je suis consciente de toutes les conséquences néfastes que tu évoques mais le tourisme c’est aussi plein de choses positives 🙂 ! À bientôt, bisous

    • Audrey

      Coucou Mathilde !
      Oui, bien entendu, il y a aussi pleins de choses positives dans le tourisme (et encore heureux) ! J’espère que ton voyage all inclusive sera sympa, mais hors saison, c’est toujours mieux ! Tu pars pour où?
      Bisous !

  • Liz

    Hello !

    C’est un très bon article et justement je parlais de ça avec une copine hier. Je suis allée à Bali une première fois en 2013 et une deuxième fois un an et demi plus tard et j’étais effarée par le changement que j’avais pu y voir… Changement causé par le tourisme. Elle y est allée cette année et m’a vivement déconseillée d’y retourner sous peine d’être « encore plus déçue ». Le tourisme augmente mais pas la vie sur place. Elle me racontait que les Balinais nettoyaient les plages en faisant des gros trous dans le sable pour y cacher les sacs plastiques abandonnés sur la plage.
    Je pense que beaucoup de pays dont le tourisme a explosé en peu de temps n’ont pas les reflexes pour protéger leurs pays. (On le voit beaucoup en Thaïlande, par exemple, où certaines îles sont aujourd’hui ruinées par des resorts à tous les coins de rue 🙁 )

    Je suis une adepte du « slow travel » et j’adore prendre le temps de rester un bout de temps dans certaines villes pour pouvoir essayer de comprendre et connaitre un peu plus comment ça fonctionne sur place. Toucher au plus près la vie locale. Cependant, depuis que je suis enseignante et contrainte aux vacances scolaires, je vois que c’est de plus en plus difficile pour moi de prendre le temps… Et du coup, je comprends parfois les gens qui vont vers la facilité de prendre du All Inclusive.

    Mes parents nous emmenaient souvent voyager avec la formule all inclusive, mais on profitait toujours des offres de l’hôtel pour sortir une ou deux fois avec les excursions proposées par l’hôtel, et on ne passait que très peu de temps à l’hôtel à ne rien faire ! C’est un budget, mais ça permet un peu de se rendre compte de la réalité à l’extérieur (dans une moindre mesure, vu que les excursions sont organisées par les hotels, elles restent tout de même très orientées et très touristiques, disons que c’est un premier pas)

    En tous cas, c’est un article très intéressant qui permet de réfléchir à sa façon de voyager !

    Gros bisous !

    • Audrey

      Coucou Liz !
      J’ai moi aussi voyagé en all inclusive (en même temps, qui ne l’a jamais fait) et comme tu dis, les excursions proposées par les hôtels sont un premiers pas pour la découverte, mais en effet, on reste encore dans une sorte de « moule » dans ces excursions car tout est bien rodé et dirigé de façon à ne pas « blesser » le touriste (car ce serait dommage qu’il ne revienne pas).
      J’ai plutôt tendance aussi à aimer voyager par mes propres moyens en prenant mon temps mais il est vrai que les contraintes de la vie font que ce n’est pas toujours évident et donc du coup parfois on cède à la facilité 😉
      Gros bisous !

  • Justine

    J’ai peu voyagé… Et quand je l’ai fait, en dehors du scolaire, c’était offert par mon parrain et pour aller dans de grands hotels… Pas de quoi être fière, mais c’était quand même de merveilleux souvenirs, je ne peux pas cracher là dessus… Mais ton article fait réfléchir. Il est vrai que j’aimerais beaucoup voyager à nouveau, et pour aller à la rencontre des locaux, pour apprendre de leur culture, pour les aider, si je le peux, à ma manière.. Mais il faut savoir mettre ses envies et son confort de côté parfois, si on souhaite être plus éthique, plus responsable. Quand je partirai, j’essaierai d’être la plus claire possible avant, pour être en accord avec mes valeurs et mes véritables envies. 🙂

    • Audrey

      Oui, il ne faut pas renier pour autant ce que l’on a pu faire avant ! J’ai moi aussi de beaux souvenirs de voyages que je n’oublierai pas !
      Disons aussi que parfois il suffit de petits détails pour changer son voyage en voyage plus éthique !

  • Petite Ombre

    j’avoue n’y avoir jamais songé mais à savoir, que je ne suis pas intéressée par les voyages à l’étranger…. quand on part c’est en France où on a de belles choses à découvrir aussi. Le seul rêve de voyage à l’étranger qui nous fait rêver c’est le canada…
    Ton article est cependant intéressant.!!

    • Audrey

      Il y a tellement de beaux endroits à voir partout en France en effet !!
      Ensuite, le tourisme de masse s’applique aussi à l’hexagone, car quand on voit le nombre déments de personnes dans certains endroits en été, on a de quoi avoir peur…

  • aurore

    Un article tellement vrai !
    J’essaie pour ma part de privilégier des voyages hors des sentiers battus, J’ai repéré quelques ouvrages à ce sujet à la médiathèque du coin. Et puis, j’adore aussi piocher des idées sur les blogs, cela permet de découvrir des merveilles !

  • Marine

    Coucou Audrey ! Merci pour cet article qui me réfléchir à tout ça alors que je n’en avais eu l’occasion. En même temps il est vrai que je n’ai pas voyagé depuis très longtemps et que du coup je ne m’étais pas encore fait cette réflexion. Par contre c’est vrai que les hôtels, les clubs etc. ne m’ont jamais vraiment attirée et que lorsque je serais amenée à voyager, j’essayerai de faire autrement.
    Merci en tout cas et à bientôt =)

    • Audrey

      Coucou Marine !
      Contente si mon article a pu donner à réfléchir ! Il est vrai que parfois on ne prend pas toujours le temps de se poser des questions sur ce que nous faisons. En tout cas il est toujours bien de prendre conscience de ce que l’on peut tenter d’améliorer !
      A très vite !!

  • My Travel Blog

    Hello, c’est clair que le tourisme a des conséquences néfastes sur l’environnement, les populations locales,… Mais il est difficile de totalement changer notre façon de voyager. Et si on le fait, c’est au prix fort… A bientôt.

    • Audrey

      Coucou !
      Oui, c’est bien ce que je dis à la fin de l’article…tout le monde n’a pas les moyens de voyager plus éthique…moi la première !
      A bientôt !

  • Anaïs

    Salut !
    Moi j’adore vraiment voyager et pourtant je ne me sens qu’à moitié concernée par cet article !
    D’abord parce que j’ai horreur de voyager en pleine saison (bien que parfois on ne peut faire autrement – merci les boites qui ferment un partie du mois d’août). Ensuite parce que je ne vais jamais (au grand jamais) en hôtel club ! Pour moi, voyager c’est aussi découvrir la vie locale, la population locale et faire marcher l’économie locale ! Il n’y a rien de mieux que de discuter avec les habitants, dormir en maison d’hôte ou en auberge de jeunesse, marcher dans les parcs naturels, … Et surtout pouvoir sortir des sentiers battus ! Mon plus grand kiffe c’est de me sentir seule au monde donc je fuis comme la peste les destinations trop prisées en haute saison !
    Merci pour ton article en tout cas, je le trouve fort intéressant !
    Belle journée !

    • Audrey

      Coucou !
      Je te comprends et moi aussi je suis du genre à fuit la haute saison (trop de monde) et à sortir des sentiers battus !
      En tout cas, le soucis du tourisme de masse touche malheureusement tout le monde, ne serait-ce que parce qu’il influence notre mode de vie.
      Par exemple, maintenant, lorsque tu vis à proximité de la côte tu as du mal à trouver un logement dont la location ne soit pas seulement sur les mois les moins beaux (étant donné qu’on réserve les locations l’été pour les touristes…) et ça, c’est un vrai problème pour les gens vivant dans ces endroits à l’année.
      A bientôt !!

  • Cecile

    Hello,
    je suis heureuse de constater que je ne suis pas la seule à me faire cette réflexion. J’ai un peu honte de mépriser le tourisme de masse, j’adorerais voyager comme cela se faisait dans les années 30, quand seule une poignée de privilégiés pouvait découvrir le monde sans impacter les endroits visités ( je sais, ma vision est complètement utopique, à l’époque les touristes repartaient les valises pleines de « souvenirs ») . Aujourd’hui, faire partie des hordes de touristes qui débarquent à l’autre bout du monde, profitant de visites calibrées pour découvrir la pseudo vie locale (pour les plus curieux), remplir des hôtels standardisés et visiter à la chaine des lieux qui n’ont pour seul intérêt à leurs yeux que le beau selfie qu’ils colleront sur les réseaux sociaux, ça ne me fait pas rêver du tout (pour rester polie). Je préfère voyager peu (voir très peu), mais avec une vraie qualité, payer un guide local personnel qui m’apprendra plein de choses et me fera découvrir des coins moins touristiques , choisir un hôtel cosy et familial (c’est à dire version PME, généralement tenu en famille), et favoriser les flâneries aux circuits balisés. De manière générale, je me pose aussi la question politiquement incorrecte : en quoi est ce nécessaire que tout le monde puisse se payer des voyages à l’autre bout du monde ? Partir en vacances oui, bien sur, mais je crois qu’on peut très bien vivre sans aller à Bali, New York ou Punta Cana.

    • Audrey

      Bonjour Cécile,
      En effet, à trop vouloir ouvrir les portes de toutes les régions du globe à tout le monde, on est en train de pourrir la planète 2 fois plus vite (comme si on avait besoin de ça). Je me souviens avoir vu il y a quelques mois un reportage concernant l’Antarctique et les croisières qui se font pour y aller…je me suis alors horrifiée de voir que l’on avait fini par rendre accessible (bon, là, clairement aux gens qui ont pas mal d’argent) un endroit aussi pur et vierge…et qui ne le sera donc plus avec ce genre de pratique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suis-moi !