Vox - Christina Dalcher

Vox – Christina Dalcher

3 min de lecture

Lorsque j’ai lu de quoi parlait le roman Vox de Christina Dalcher, j’ai tout de suite su que je devais le lire. Cette dystopie où les hommes auraient pour but de faire taire les femmes était très intrigante et j’avais hâte de voir comment le sujet serait traité. Et comme tu le sais, j’adore lire des dystopies, alors forcément, je n’allais pas passer à côté !

Vox - Christina Dalcher

Résumé

Jean McClellan est docteure en neurosciences. Elle a passé sa vie dans un laboratoire de recherches, loin des mouvements protestataires qui ont enflammé son pays. Mais, désormais, même si elle le voulait, impossible de s’exprimer : comme toutes les femmes, elle est condamnée à un silence forcé, limitée à un quota de 100 mots par jour. En effet, le nouveau gouvernement en place, constitué d’un groupe fondamentaliste, a décidé d’abattre la figure de la femme moderne. Pourtant, quand le frère du Président fait une attaque, Jean est appelée à la rescousse. La récompense ? La possibilité de s’affranchir – et sa fille avec elle – de son quota de mots. Mais ce qu’elle va découvrir alors qu’elle recouvre la parole pourrait bien la laisser définitivement sans voix…

Mon avis

J’ai très rapidement accroché à l’histoire d’autant plus qu’elle dépeint des Etats Unis gouvernés par des croyances extrêmes et qui lorsque l’on connait bien le pays comme moi, fais sens. En l’espace d’un an, Jean a vu sa vie basculer. Cette scientifique de renom se retrouve non seulement avec l’interdiction de travailler mais en plus, avec un « compte mots » autour du poignet qui la bride à 100 mots quotidiens. Toutes les femmes et les filles du pays sont contraintes au silence et leur place est définie uniquement par leur rôle d’épouses qui tiennent le foyer. Cette situation est invivable pour Jean qui ne sait quoi faire et regrette de ne pas avoir entendu ce que son amie de fac lui avait prédit : une société où la femme n’aurait plus de libertés. Cependant, le gouvernement va avoir besoin des compétences et des recherches médicales de Jean pour sauver le frère du président. C’est alors qu’elle prend encore plus conscience de la machinerie infernale dans laquelle elle se trouve

Cette dystopie est très bien écrite, facile à lire. On se trouve vraiment plongé dans ce monde où la femme n’a plus sa place. C’est vraiment perturbant et glaçant de s’imaginer ce que serait un tel pays… Cela m’a beaucoup fait penser à Handmaid’s tale pour certains aspects. C’est vraiment la puissance qu’on les romans dystopiques : nous faire réagir sur des situations qui nous paraissent complètement impossibles et révoltantes. En lisant ce livre, en tant que femme, tu as encore plus envie de donner de la voix et de faire entendre tes opinions. Ce bridage suggéré par le livre te met encore plus en colère et te fait dire que oui, la liberté d’expression est une liberté fondamentale car sans elle, qui serions-nous ? Des êtres tous similaires ? Des robots dans des corps d’humains ? En tout cas j’ai beaucoup aimé ma lecture avec cependant un petit bémol pour la fin que j’ai trouvé bâclée, floue et pas à la hauteur du reste du livre. C’est dommage car cela laisse une sensation d’inachevé.

As-tu lu ce livre ? Si oui qu’en as-tu pensé ? Quels sentiments feraient naître en toi une société où tu n’aurais droit de ne prononcer que 100 mots par jour ?
6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suis-moi !