Tales from the loop

Tales from the loop

4 min de lecture

Comme pour les livres, j’aime beaucoup découvrir de nouvelles séries. Parfois c’est une mauvaise pioche et parfois c’est une sacrée révélation. Quand mon mari m’a parlé de Tales from the loop (création Amazon) je ne savais vraiment pas trop à quoi m’attendre. La bande annonce était plutôt énigmatique et ne laissait pas forcément d’indices sur ce que l’on allait découvrir.

Tales from the loop

Synopsis

Un petit village se trouve à proximité d’une machine nommée « The Loop », dont la fonction est d’explorer les plus grands mystères de l’univers.

Mon avis

Amazon a construit cette série en prenant appui sur les peintures de l’artiste suédois Simon Stålenhag et en leur donnant vie.

Il y a tant à dire sur cette série qu’il va être difficile pour moi de tout développer dans cet avis ! Pour le moment la série comprend une saison de 8 épisodes d’une cinquantaine de minutes chacun.

Au début du visionnage de Tales of the loop j’ai été déstabilisée. Il faut dire que sans doute, ce n’est pas forcément évident d’appréhender ce nouvel environnement un peu déroutant fait de robots et de phénomènes étranges. Mais au delà du premier voire du second épisode, la séduction se met en marche.

On a affaire ici non pas seulement à de la SF mais surtout à une esthétique hyper travaillée avec des plans de toute beauté presque poétiques et une réflexion profonde sur la condition humaine amenée par chaque épisode.

Tales from the loopL’action se passe à Mercer dans l’Ohio où un centre de recherches de physique expérimentale semble être l’épicentre de la vie de ses habitants. Il se passe des choses étranges dans cette ville et c’est ce que l’on verra donc au cours de ces 8 épisodes. Il sera donc question de boucles temporelles, de l’envie de changer de vie, de la peur de la solitude, de faire face à la mort, de la peur de ne pas être à la hauteur, de la quête de l’amour parfait, de l’intelligence artificielle ou du temps qui passe et ne peut être rattrapé. Des questionnements forts servis par des images léchées, des prises de vues impactantes et une lenteur parfaitement à propos et maîtrisée.

Je pense que bon nombres de personnes ne comprendront pas l’oeuvre pour ce qu’elle est et passeront à côté de bien des choses, mais pour ma part, j’ai vraiment été touchée et secouée par cette série qui fait partie pour moi des « séries pas comme les autres ». Sans doute que certains trouveront la lenteur handicapante alors qu’au contraire, je l’ai trouvé relaxante, complètement cohérente et faisant vraiment du bien au milieu de tant de série « bruyante » aux dialogues parfois soporifiques !

Ici, le but n’est pas de chercher une explication rationnelle aux phénomènes que la série nous décrit, mais juste de les accepter tels qu’ils sont car au final, ils ne sont que les prétextes donnés pour nous interroger sur des thèmes et des sujets bien plus profonds. Ainsi, durant chaque épisode, nous allons découvrir l’histoire d’un personnage en particulier, mais rapidement, on comprendra que ces fragments de vie nous sont contés pour une raison bien précise.

Les paysages rétro futuristes sont saisissants et sont presque un personnage à part entière. On rencontre des robots et des machines qui jonchent ce paysage qui semble sans fin et nous ramène à l’isolement de l’être humain dans l’immensité de la vie. La musique aussi est excellente et ponctue tellement bien les différentes émotions ressenties tout au long de cette saison.

Cependant, malgré de très bons épisodes en général, certains sont peut être un peu moins prenants et « de trop ». Ce sont des épisodes qui restent agréables, mais dont on aurait pu se passer. A contrario bon nombre d’épisodes ont vraiment su toucher ma corde sensible et ce qui est déroutant, c’est que cela se fait naturellement, doucement comme une onde de résonance.

Bref, j’ai vraiment beaucoup aimé cette série non seulement pour les questionnements qu’elle apporte, mais aussi pour son esthétisme qui découle bien de l’art ! Un petit chef d’oeuvre d’intelligence : sublime, mystérieux, renversant, inattendu, poétique. La série a réussi le pari de créer une oeuvre d’art à partir d’œuvres d’art ! A voir si tu as envie d’autre chose que les séries conventionnelles actuelles !

Et toi, as-tu visionné Tales from the loop ?
30 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suis-moi !