Parait-il que je suis une xennial

Parait-il que je suis une xennial

5 min de lecture

Parait-il que je suis une xennial. Oui, je ferai partie de cette « micro-génération » (qui d’ailleurs n’a pas véritablement d’existence sociologique) coincée entre d’autres sans doute plus intéressantes socialement. Je fais partie d’une génération un peu à part, de ceux qui ne se sentent pas toujours vraiment à l’aise dans leur siècle (mais qui pourtant doivent faire avec)…

Parait-il que je suis une xennialQui sont les xennials ?

Les xennials sont les personnes nées entre 1977 et 1983. Ce terme inventé par la journaliste Sarah Stankorb (en 2014 pour le magazine Good) alors qu’elle ne se sentait rentrer dans aucune case peut prendre en effet tout son sens quand on en lit les grandes lignes. Avant elle, d’autres ont également effleuré l’idée comme Doree Shafrir qui écrivait pour Slate en 2011 en nommant ces personnes par le terme « Generation Catalano ». Elle-même avait été inspirée par Danielle Nussbaum de Teen Vogue. Sans compter déjà une vague évocation du sujet dans un livre de 2003 sur les « cuspers »…

Bref, le fait est que le terme de xennials est bel et bien apparu pour constater d’un besoin de différencier un groupe qui ne se sent ni membre de la génération X (nés environ entre 1960 et 1980) ni de la génération Y – ou Millenials (nés environ entre 1980 et 1995).

Une génération à cheval entre deux mondes

En tant que personne née dans la période désignée comme xennial, je me sens en effet assez proche de ce que Sarah Stankorb a bien voulu faire ressortir. Je ne me suis en effet jamais vraiment sentie proche de la génération précédente, ni de la suivante, ne me sentant pas sur la même longueur d’ondes…

Je trouve que ma génération est en effet un peu particulière, un peu « à part ».

Nous avons eu la chance de grandir dans un monde où les réseaux sociaux n’existaient pas, où l’internet n’était encore qu’à ses balbutiements (Ahh le bruit du modem 56k !) ainsi que les Parait-il que je suis une xennialtéléphones portables. Lorsque nous avions besoin de joindre un copain, il fallait donc décrocher le téléphone fixe (oui oui, celui avec le long cordon en forme de tire bouchon) voire parfois aller dans une cabine téléphonique et nous avons aussi connu le fameux Minitel (et la machine à écrire). Quand on se faisait des copains qui habitaient un peu beaucoup loin, on préférait souvent s’écrire des lettres (oui oui, le truc avec le papier envoyé par la Poste et dont tu attendais la réponse parfois de longues semaines durant)…. Oh et puis nos photos se faisaient avec des pellicules qu’il fallait donner à développer (sans oublier le Kodak jetable) et on se faisait des séances de projection de diapositives pour se remémorer nos dernières vacances ! On a aussi connu les premiers systèmes d’exploitations sur PC (ah les cours pour maîtriser MS DOS) et tous les suivants (Windows 95 – 98 – ME -XP) et bien entendu les fameuses disquettes !

Un avantage certain : la maîtrise des technologies et le fait de savoir s’en passer

Je peux le dire haut et clair, je suis bien contente de n’avoir pas eu les technologies auxquelles nous avons accès de nos jours trop tôt entre les mains (mais pas non plus trop tard pour savoir les utiliser à bon escient). En gros, le Xennial est une sorte de superhéros qui a vécu son enfance et son adolescence tranquille à la cool sans technologies trop intrusives dans sa vie, mais qui pour autant a su tout de suite maîtriser les dites technologies dès leur arrivée (un peu comme si on lui avait greffé une puce spéciale compatible avec tous les trucs digitaux) !

Parait-il que je suis une xennialNous avons pourtant été bercés par les dessins animés d’animation japonais et par le Club Doooooorooothéeeee (il n’était pas rare de ne pas avoir toutes les chaînes télé sur notre grosse télé cathodique), nous ne jurions que par les vinyles, les K7 audio (et son fameux Walkman) et les cassettes vidéo. Beaucoup d’entre nous ont commencé à jouer aux jeux vidéos alors même que ceux-ci se développaient tout doucement…et nous devions payer tout ça en francs !

Une façon différente de voir le monde

Il parait que les Millenials sont optimistes, ils ont tendance à sans doute ne pas voir la vie et ses difficultés de la même façon que les Xennials et en effet, c’est bien ce que j’éprouve. Je ne me sens pas la plus optimiste pour l’avenir mais je ne suis pas non plus super pessimiste. Disons que je suis un juste équilibre entre les deux ou ce que j’adore appeler « une réaliste » ! En tout cas, une chose est sure, le marché du travail qui est en bien piteux état ne nous aide pas ! On est bien loin du « confort » de l’après guerre où le chômage n’était pas monnaie courante !

Aussi, là où les Millenials ont tendance à foncer sans trop se poser de questions, moi, je m’en pose mille fois trop ! Je n’ai pas cette liberté dans ma tête et ai tendance à beaucoup trop analyser les choses. Les membres de la génération Y peuvent aussi rapidement se contenter des actions qu’ils font et s’en sentir satisfaits alors que je suis tellement perfectionniste que j’ai du mal à me féliciter pour quelque chose (car je me dis que j’aurai pu faire mieux)… Donc oui, basiquement, je me sens plus Xennial que Millenial !

En tout cas, appartenir à une micro-génération capable d’utiliser les technologies comme de s’en passer facilement (car on les a connu sur le tard), je trouve ça plutôt cool !

Et toi, quelle est ta génération ? Si comme moi tu es Xennial, est-ce que tu trouves que cela te défini bien ?
16 commentaires
  • Marion

    Coucou ! Merci pour cet article très intéressant, je découvre ce terme dont je n’avais aucune idée ! Quand tu en parlais Instagram, j’ai mal compris car j’avais l’impression qu’il s’agissait de ne pas se sentir du même siècle (comme l’impression d’appartenir plutôt au Moyen-Âge par exemple lol !). Je comprends à présent que ce n’est pas tout à fait pareil, et maintenant que tu le dis cela fait sens ! Ce qui est drôle c’est que je ne suis pas née pendant cette période mais je me retrouve quand même un peu dans tes mots, mais mon cas est peut-être un peu à part aussi car je me rends compte aujourd’hui que mon accès à l’informatique était en décalage par rapport aux autres enfants de mon âge (mon papa était ingénieur informatique et il ramenait tout ce qu’il pouvait de son boulot, du coup on avait chacun un ordi dans la famille -la famille de tarés lol-, on jouait à tous ces petits jeux qui ne sont plus connus aujourd’hui, Frogs, les Lemmings, la première version de Prince of Persia sur Dos, Commander Keen, et même Doom 2 qu’on jouait en réseau. Et « en réseau », à l’époque, ça voulait dire plein de câbles éthernet à chaque étage de la maison ! XD). En théorie, je n’aurais dû connaître que la période à partir de MSN Messenger, certains diront qu’on m’a mise sur un ordinateur trop tôt mais je suis reconnaissante d’avoir pu connaître « l’avant » internet. Ça ne m’a jamais empêchée d’être plus passionnée par la papeterie et les livres que par les jeux vidéos, d’écrire comme toi des lettres à ma famille et à mes amis et de passer mon temps dans des librairies ! Bon du coup c’est en vieillissant que la tendance s’est un peu inversée haha. Mais je trouve qu’on a une chance immense finalement quand on est dans un « entre-deux » comme ça, c’est qu’on peut s’adapter tout en sachant se détacher ! 🙂

    Gros bisous Audrey, merci de m’avoir appris que tu es une « xennial », même si je dirais plutôt « géniale » hihi !!

    • Audrey

      Coucou Marion,
      En fait quand j’en ai parlé sur Insta, ça n’avait pas vraiment de rapport dans ma tête avec cet article (même si au final c’est vrai que c’est un peu le même sujet) mais plus, comme tu l’avais compris ne pas se sentir toujours en phase avec son siècle.
      C’est marrant que tu aies toi aussi un peu vécu tout ça (car pourtant tu es plus jeune) mais c’est sur qu’avec un papa branché ordi ça explique beaucoup de choses ! En tout cas comme tu dis cela n’empêche pas pour autant d’aimer le papier !! La possibilité de s’adapter est en effet immense et une vraie chance, pas toujours le cas de certaines générations avant nous !
      Gros bisous Marion et merci pour le gentil compliment qui me touche tellement !!

  • Raph

    La tête des « jeunes » quand on leur raconte que nos parents nous demandaient de nous déconnecter d’Internet pour pouvoir téléphoner 😉
    C’est pas mal d’être xennial 🙂

  • Justine

    Je suis née en 1994 mais pourtant la machine à écrire, le minitel, les cassettes, les disquettes etc… j’ai utilisé tout ça aussi, même si j’étais petite. Ce sont des bons souvenirs. 😀 J’espère que quand j’aurai des enfants, je réussirai à leur faire vivre une grande partie de leur vie sans la technologie… C’est fou, j’y suis un peu accro, j’ai un blog donc j’y passe du temps… Et pourtant je sais que c’est mieux de s’en éloigner… Je n’avais jamais entendu parler de ce mot en tout cas! C’est chouette de se sentir différent 😀 Je te souhaite de belles fêtes <3

    • Audrey

      Parfois, on se dit que tout ça est déjà pas mal loin hein ! Je suis pareil que toi avec mon regard sur la technologie. J’utilise pas mal ce qui se fait mais je ne voudrai pas que mon enfant utilise tout ça trop tôt !
      J’espère que tu as passé de belles fêtes ! Bisous

  • Not parisienne

    Coucou, je découvre ton article avec pas mal de retard, je découvre donc que je suis moi aussi une xennial! Je trouve ton article bien clair et oui, je me raisonnais dans certains aspects, même si je n’aime pas les catégorisations en général j’avoue qu’on a des points communs et que j’en vois parmi les autres générations, surtout les millenials qui commencent à être pas mal différents de nous! bisous!

    • Audrey

      Coucou !
      Il n’est jamais trop tard 😉
      Contente de voir que je ne suis pas la seule à me sentir Xennial ! Et comme tu le dis si bien, parfois les autres générations sont en effet très différentes !
      Bisous

  • Liz

    Coucou !

    Tiens ! Je découvre tout juste cet article hyper interessant…

    Sur le papier, je suis de la generation Y mais je me sens plus proche des « xennials »… J’ai aussi connu les disquette, le bruit modem, la construction des cabanes dans le jardin et le Walkman !
    C’est vrai que j’ai eu un ordinateur entre les mains très jeune ainsi qu’un téléphone mais mes parents ont quand même bien surveillés tout ça, ce qui fait que ca a toujours été un juste milieu. Et du coup, aujourd’hui, je fais bien la différence entre ma vie « réseaux sociaux » et ma vraie vie, et même si j’ai souvent mon téléphone entre les mains, je suis aussicapable de vivre sans tout partager. (Même si j’avoue être tout de même un peu accro…)

    Cependant, je suis une grande optimiste et j’ai tendance à croire que rien n’est impossible (je le pense très sérieusement) ! Je suis une grande optimiste… Et, c’est vrai, je ne vois pas la vie et ses difficultés comme les voit mon frère. Alors du coup, dans quelle catégorie je suis ? Sûrement que je suis une fin-xennial-début-millenial 😀 Ca me va !

    En tous cas, article très interessant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *