Détente,  Lifestyle

A la recherche du bonheur

C’est fou comme l’être humain est compliqué. Dès qu’il est en âge de vouloir quelque chose, il est du genre à s’y attacher dur comme fer pour l’obtenir et une fois qu’il l’a il s’en désintéresse. Et cela vaut pour (presque) tous les domaines dans sa vie : les trucs matériels, le travail, le logement, les relations… C’est comme si nous étions programmés pour être des éternels insatisfaits.

Combien de fois avons-nous fait des pieds et des mains pour avoir ce super CDI après nos études, nous disant qu’une fois le boulot en poche cela allait nous ouvrir les portes d’une nouvelle vie? Et puis, parfois seulement quelques semaines après notre prise de poste, on se rend compte que ce qu’on avait idéalisé est loin de la réalité : le boss nous a compté fleurettes (et on se rend compte qu’au final on est payé peanuts), les collègues sont lourds et n’ont pas trop de points communs avec nous ce qui limite les liens, on se met à faire des trajets de ouf pour aller bosser (car avec la fatigue ça parait vachement plus loin maintenant) et le rythme qu’on pensait normal se trouve être digne d’une polka endiablée. Du coup, on fait en théorie un boulot qui nous plait à la base, mais tous ces petits désagréments nous font parfois dire qu’on aurait peut être dû un peu plus réfléchir avant de s’emballer.

On aime tellement tout remettre en question que rien n’est jamais simple, RIEN :

  • quand on a les cheveux raides, on les veut bouclés,
  • quand on achète une robe, on se rend compte qu’une autre nous plait mieux dans un magasin d’à côté
  • quand on a pas de boulot on en veut un, mais quand on en a un il ne nous convient jamais à 100%
  • on habite en appartement, mais on veut vivre en maison car on ne supporte pas l’enfermement (et les autres)
  • on revient de vacances? on est toujours aussi fatigués…
  • on se plaint qu’on a pas de soleil, mais quand il arrive enfin on a trop chaud
  • on ne trouve pas sa place en France? on part vivre ailleurs mais on s’aperçoit que finalement, c’est l’herbe n’est pas plus verte ailleurs…

Bref, on est jamais satisfaits ! Oui, mais …

Notre insatisfaction n’aurait-elle pas pour objectif premier de nous booster à toujours entreprendre, à toujours nous dépasser et au final à nous faire évoluer ? Etre insatisfait ne serait-il pas une des clefs pour un jour accéder au bonheur dans son entièreté?

Car si nous nous contentions toujours de ce que nous avons, nous ne chercherions pas à améliorer notre condition aussi bien matérielle que personnelle et spirituelle. On se reposerait gentiment sur nos lauriers sans jamais chercher à évoluer. On prendrait les choses pour acquises. On ne ferait plus attention ni aux autres, ni à notre environnement. Nous serions en quelque sorte des zombies qui faisons les choses mécaniquement, par pure habitude. Et au final, ce n’est pas ça être humain non?

Etre humain, c’est se poser des questions, c’est se cultiver, c’est faire preuve de compassion, de gentillesse et d’amour. C’est aussi parfois se révolter, ne pas comprendre certaines choses et se sentir perdu. Alors oui, on peut parfois vite se fatiguer de toujours trouver un truc à redire, mais au final est-ce sans doute pour notre bien. Et puis ne pas être pleinement satisfait de telle ou telle chose ne veut pas dire ne pas être heureux. On peut très bien se sentir très épanouie dans son couple par exemple mais chercher à améliorer le reste : son logement, son travail, sa façon de consommer, de se nourrir…

Alors, rappelle-toi d’une chose : le bonheur est parfois bien subjectif et a autant de définition qu’il y a d’êtres humains. L’essentiel est de savoir ce que l’on veut et se poser les bonnes questions, d’oser se lancer pour atteindre le plein bonheur que nous nous sommes fixé 😉

A la recherche du bonheur Détente Lifestyle